Vider le bol de punch

Depuis des mois maintenant, les États-Unis. La Réserve fédérale a laissé entendre que la réduction progressive de son programme d’assouplissement quantitatif (QE) commencerait et, la semaine dernière, les indices se sont transformés en plan d’exploitation.

Pour les marchés, c’est la Fed qui compte le plus, alors concentrons-nous sur elle.

Depuis des mois maintenant, les États-Unis. La Réserve fédérale a laissé entendre que la réduction progressive de son programme d’assouplissement quantitatif (QE) commencerait et, la semaine dernière, les indices se sont transformés en plan d’exploitation. Les programmes mensuels d’achat d’obligations qui s’élèvent à 120 milliards de dollars par mois seront réduits de 15 milliards de dollars par mois. La Banque du Japon n’a pas augmenté son bilan depuis des mois et, en octobre, la Banque du Canada a annoncé la fin de son programme d’assouplissement quantitatif. Dans le même temps, les prévisions de hausse des taux d’intérêt au jour le jour pour la plupart des pays développés continuent d’être avancées. Les marchés émergents ont déjà commencé, neuf pays ayant augmenté leurs taux au cours des trois derniers mois. Le punchbowl du stimulus monétaire n’a pas encore été retiré, mais il est en train d’être vidé.

Pour les marchés, c’est la Fed qui compte le plus, alors concentrons-nous sur elle. Bien sûr, ce taper en attente rappelle le taper tantrum de 2013. En 2013, le président de la Réserve fédérale, M. Bernanke, a commencé à parler de réduction en mai, la réduction réelle de l’assouplissement quantitatif commençant en décembre. Au cours de la période de discussion, les États-Unis. Le rendement à 10 ans a rapidement augmenté, passant de 1,8 % à 3,0 %, le dollar américain a reculé et l’indice S & P 500 a progressé. Après le début du « taper », les rendements sont retombés, le dollar est resté plat et, bien sûr, le S&P 500 a augmenté (c’est moi ou cet indice monte toujours?).

April 2013 to April 2014 Taper
May 2021 to November 2021 Taper

C’était un voyage amusant dans le passé, maintenant oubliez-le. Nous aimons tous les histoires simples, proprement emballées avec un nœud. La Fed fait ceci, le marché réagit comme cela, simple. Malheureusement, il n’est pas si simple d’examiner UN seul épisode de tapering et de tirer des conclusions. Si n=1, bonne chance pour essayer de rejeter l’hypothèse nulle, pour les lecteurs orientés statistiques. Ou si vous préférez, c’est comme des pommes et des oranges.

Les marchés sont certainement à un autre niveau aujourd'hui qu’en 2013. Mis à part les rendements obligataires, l’indice S & P 500 se négociait à 14 fois les bénéfices à terme en 2013, comparativement à 21 fois aujourd’hui. En 2013, le S&P 500 venait de retrouver son précédent sommet de 2007, ce qui avait pris environ 5 ½ ans. Aujourd’hui, l’indice S & P 500 est 38 % plus élevé que le sommet atteint avant la COVID 2020 (six mois plus tard). L’économie américaine a affiché une croissance moyenne de 2,5 % en 2013, ce qui est nettement inférieur à la moyenne de 4,9 % enregistrée au quatrième trimestre. Le dollar américain pondéré en fonction des échanges était faible, selon les normes historiques, autour de 82 contre 94 aujourd'hui.

La plus grande différence entre ces deux robinets est de savoir où l’argent est allé et où il va. Après la grande crise financière, l’EQ s’est retrouvée davantage dans les bilans bancaires. Indirectement bien sûr, mais étant donné que les banques ont réduit leurs activités de prêt pour réparer leurs bilans, l’assouplissement quantitatif n’a pas eu d’impact économique significatif puisque le désendettement des banques était un contrepoids naturel à l’assouplissement quantitatif. Cette fois, l'assouplissement quantitatif a financé les dépenses budgétaires du gouvernement et des programmes de soutien pour aider à compenser l'impact de la pandémie. Ce QE avait une ligne centrale directement dans l’économie.

December 2017 to December 2021 QE (Quantitative Easing)

Il est clair qu’à mesure que les déficits publics reviennent sur terre, grâce à l’augmentation des recettes fiscales à mesure que l’économie se redresse et à la diminution des programmes de dépenses d’urgence, il y a moins besoin de QE pour financer le gouvernement. La demande (c.-à-d. QE) diminue au même moment que l’offre (c.-à-d. les déficits). La bonne nouvelle, c’est qu’il est moins probable que les rendements obligataires augmentent à cause de ce « taper ». La mauvaise nouvelle, c’est que la Fed est en mesure de procéder à un rétrécissement progressif parce que les dépenses fiscales sont en baisse et qu’il y a une falaise fiscale du côté des dépenses. Espérons que l’économie a assez de son propre élan pour franchir cette falaise en toute sécurité.

Implications en matière d’investissement

Le taper tantrum de 2013 ne fournit pas un livre de jeu utile pour le taper 2021. Le marché se trouve à un endroit différent, et les programmes d’achat d’obligations ont fini par avoir des impacts très différents sur l’économie et les marchés. Il est donc difficile de tirer des conclusions définitives.

Pour les portefeuilles, l’inflation continue de prouver qu’elle n’est pas si « transitoire », les rendements à court terme ont augmenté et le moment des hausses de taux est proche. En d’autres termes, le cycle de resserrement est presque arrivé. Il est préférable de remplir votre coupe à partir du bol à punch maintenant.

- Craig Basinger est le stratège en chef du marché chez Purpose Investments


Sources : Les graphiques proviennent de Bloomberg L.P.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits dans les présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs. L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres. Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. L’information fournie est susceptible d’être modifiée sans préavis.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire. Ce document comporte certaines déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont des énoncés prédictifs qui sont fondés sur des conditions ou des événements futurs ou qui s’y rapportent, ou qui comportent des mots comme « peut », « sera », « devrait », « pourrait », « prévoir », « anticiper », « intention », « planifier », « croire », « estimer » ou toute autre expression similaire. Puisque les déclarations qui concernent l’avenir ou qui contiennent autre chose que des renseignements historiques sont exposées à divers risques et incertitudes, les résultats, les actions ou les événements réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés dans la déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne représentent pas des garanties du rendement futur et sont, en raison de leur nature, fondées sur de nombreuses hypothèses. Bien que les déclarations prospectives comprises dans ce document découlent d’hypothèses que Purpose Investments et le gestionnaire de portefeuille estiment raisonnables, ceux-ci ne peuvent pas garantir que les résultats réels correspondront à ces déclarations prospectives. Nous recommandons donc au lecteur d’envisager la déclaration prospective avec prudence et de ne pas s’y fier indûment. À moins que la loi applicable ne l’exige, la société n’a ni l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou autre, et décline toute responsabilité à cet égard.