Tous les dividendes ne sont pas les mêmes

Il ne fait aucun doute que la majeure partie du portefeuille de chaque Canadien repose sur une saine pondération en actions versant des dividendes. Et pour de nombreuses bonnes raisons.

Tous les dividendes ne sont pas les mêmes

Il ne fait aucun doute que la majeure partie du portefeuille de chaque Canadien repose sur une saine pondération en actions versant des dividendes. Et pour de nombreuses bonnes raisons.  Les dividendes bénéficient d’un traitement fiscal préférentiel, notamment les sociétés canadiennes qui versent des dividendes. Les rendements obligataires étaient en baisse depuis les années 1980, ce qui a incité plus d’investisseurs à puiser dans les actions plutôt que dans les obligations. La volatilité des stratégies de dividendes a été inférieure à celle du marché dans son ensemble et les rendements ont été comparables. Les flux de trésorerie, une meilleure imposition, des rendements et moins de risques... c’est comme quatre types de placements.  De plus, lorsque les investisseurs se sont aventurés dans des poches de croissance sur le marché canadien, l’expérience n’a pas été formidable. Avec les souvenirs de Nortel, d’Encana, de Biovail, de Potash et de Research in Motion, il y a eu suffisamment de booms et de bustes pour que les investisseurs retrouvent le confort de leurs payeurs de dividendes.

En tant que gestionnaires de quelques stratégies axées sur les dividendes, nous sommes tout à fait d’avis que les sociétés versant des dividendes devraient être au cœur de la plupart des portefeuilles, que nous les gérions ou non.  Mais ce n’est pas une question de dividendes : nous allons plutôt partager notre point de vue sur un risque lié aux stratégies de dividendes, soit la hausse des rendements.  Une bonne partie des caractéristiques de rendement que les stratégies de dividendes ont procurées aux investisseurs au cours des dernières décennies s’explique par la baisse des rendements obligataires. Bon nombre de sociétés de dividendes sont traitées comme des substituts d’obligations ou comme des placements à long terme, de sorte que lorsque les rendements baissent, leur prix a tendance à augmenter. Cette situation a été favorable pendant de nombreuses années, mais elle commence à devenir défavorable à mesure que les rendements augmentent.

Toutefois, les sociétés qui versent des dividendes ne sont pas toutes aussi sensibles aux variations des rendements obligataires. Certains sont très sensibles, que nous appelons « sensibles aux taux d’intérêt  Certains sont moins sensibles aux rendements – ou peuvent même bénéficier d’une hausse des rendements – et nous les appelons « rendements cycliques  Comme son nom l’indique, les sociétés qui versent des dividendes de rendement cyclique ont tendance à se trouver dans des secteurs plus sensibles à la conjoncture économique. Si l’économie se porte bien, ils devraient bien se porter et les rendements obligataires devraient augmenter. À l’inverse, les sensibles aux taux d’intérêt sont moins sensibles à l’activité économique et réagissent davantage aux rendements dans la direction opposée.

Sur la base des corrélations historiques et du bêta (pente) par rapport aux variations des rendements obligataires, nous avons trié les sous-industries versant des dividendes. Ce classement intègre une période de plus de 10 ans et se concentre sur les périodes de hausse des rendements (il n’y en a pas eu beaucoup au cours de la dernière décennie). Cela aide à fournir un guide pour les sociétés ou les secteurs d’activité du groupe de rendement cyclique qui peuvent mieux composer avec la hausse des rendements. À l’inverse, ceux qui bénéficieraient d’une baisse des rendements font partie du groupe sensibles aux taux d’intérêt.

Dividend-paying sub-industries ranking

Si vous croyez, comme nous, que les rendements obligataires ont amorcé une trajectoire ascendante en raison de la solide croissance économique et des pressions inflationnistes, il serait prudent de privilégier davantage le rendement cyclique. Bien sûr, cela comporte un risque.  Les sociétés cycliques qui versent des dividendes ne se portent pas bien si l’économie ralentit. En raison de leur nature cyclique, la durabilité des dividendes est un peu plus fragile, tandis que de nombreux sensibles aux taux d’intérêt sont moins à risque d’un ralentissement économique. Une combinaison des deux types de titres permet d’obtenir un meilleur portefeuille de dividendes, avec peut-être un penchant pour les sociétés de rendement cyclique dans le contexte actuel.

Cela se résume vraiment à la trajectoire future des rendements obligataires. Dans le graphique ci-dessous, nous avons suivi la performance historique des industries canadiennes de rendement cyclique par rapport aux industries sensibles aux taux d’intérêt. La ligne monte lorsque les rendements cycliques surperforment et vice versa. Cette ligne présente une très forte corrélation avec les rendements des obligations canadiennes à 10 ans. Il convient de noter que cette tendance à la surperformance des payeurs de dividendes à rendement cyclique a commencé il y a environ un an et demi, après avoir vraiment sous-performé les payeurs de dividendes sensibles aux taux d’intérêt pendant la majeure partie de la décennie 2010-2020.

2010 to 2021 Cyclicals vs Int Sensitive Performance Ratio and 10-year Canada Yields

Il existe également une décote de valorisation historiquement élevée parmi les rendements cycliques par rapport aux sensibles aux taux d’intérêt. Par le passé, il y a habituellement un escompte, car un dollar de bénéfices cycliques ne vaut pas autant qu’un dollar de bénéfices plus stables. Toutefois, cette réduction est proche de la plus importante de ces dix dernières années.

December 2010 to June 2021 Valuation Discount

Implications en matière d’investissement

Nous pensons qu’au cours des prochaines années, une grande partie de la performance relative entre les stratégies de dividendes sera déterminée par l’orientation des rendements obligataires et l’équilibre entre le rendement cyclique et la sensibilité aux taux d’intérêt. Après tout, les dividendes ne sont pas tous traités de la même façon par les variations des rendements. L’inflation s’est redressée, la reprise économique est solidement ancrée et les banques centrales semblent avoir commencé à opérer un resserrement/un rétrécissement.  Les portefeuilles de dividendes devraient avoir un mélange de rendement cyclique et de sensibilité aux taux d’intérêt, mais pour l’instant, nous pensons que l’inclinaison devrait être vers le rendement cyclique.

- Craig Basinger est le stratège en chef du marché chez Purpose Investments


Sources : Les graphiques proviennent de Bloomberg L.P.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits dans les présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs. L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres. Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. L’information fournie est susceptible d’être modifiée sans préavis.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire. Ce document comporte certaines déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont des énoncés prédictifs qui sont fondés sur des conditions ou des événements futurs ou qui s’y rapportent, ou qui comportent des mots comme « peut », « sera », « devrait », « pourrait », « prévoir », « anticiper », « intention », « planifier », « croire », « estimer » ou toute autre expression similaire. Puisque les déclarations qui concernent l’avenir ou qui contiennent autre chose que des renseignements historiques sont exposées à divers risques et incertitudes, les résultats, les actions ou les événements réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés dans la déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne représentent pas des garanties du rendement futur et sont, en raison de leur nature, fondées sur de nombreuses hypothèses. Bien que les déclarations prospectives comprises dans ce document découlent d’hypothèses que Purpose Investments et le gestionnaire de portefeuille estiment raisonnables, ceux-ci ne peuvent pas garantir que les résultats réels correspondront à ces déclarations prospectives. Nous recommandons donc au lecteur d’envisager la déclaration prospective avec prudence et de ne pas s’y fier indûment. À moins que la loi applicable ne l’exige, la société n’a ni l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou autre, et décline toute responsabilité à cet égard.