Octobre, une fois de plus, Volatilité prouvée, cette fois en hausse

Au début du mois d’octobre, l’humeur du marché était très prudente. Tout le monde pouvait réciter les craintes qui provoqueraient un effondrement imminent, qu’il s’agisse d’un manque de bénéfices, de plans de réduction des dépenses ou de tensions avec la Chine.

Octobre, une fois de plus, Volatilité prouvée

Au début du mois d’octobre, l’humeur du marché était très prudente. Tout le monde pouvait réciter les craintes qui provoqueraient un effondrement imminent, qu’il s’agisse d’un manque de bénéfices, de plans de réduction des dépenses ou de tensions avec la Chine. Mais alors que les marchés ont « escaladé le mur de l’inquiétude », le résultat final a été l’une des plus fortes performances mensuelles pour les actions de ce rallye post-pandémie. Plusieurs marchés ont terminé le mois d’octobre avec des gains de l’ordre de 5 %, regagnant tout le terrain perdu à la suite de la liquidation de septembre et atteignant des sommets inégalés.

La récente saison des bénéfices a été un parcours intéressant, car contrairement aux derniers trimestres, il y a eu une divergence beaucoup plus grande entre les gagnants et les perdants. Les entreprises ont été en mesure d’obtenir des résultats très différents selon leur capacité à gérer les problèmes de la chaîne d’approvisionnement et à transmettre les augmentations de coûts aux clients. Les plans visant à restituer le capital aux actionnaires sous forme de dividendes et de rachats ont été un thème bienvenu que nous avons vu parmi certains des gagnants. Le secteur de l’énergie est un excellent exemple de cette tendance, car de nombreuses sociétés profitent d’une des périodes les plus rentables de leur histoire, attirant un nouveau groupe d’investisseurs. Toutefois, les bénéfices ont été réalisés comme prévu, malgré le ralentissement général des taux de croissance, ce qui a donné lieu à une reprise de secours pour les investisseurs qui craignaient le pire.

Le gain des prix des actifs pour le mois d’octobre n’a pas seulement concerné les marchés d’actions - les actifs cryptographiques ont retrouvé l’élan qu’ils avaient brièvement perdu cet été. Le bitcoin est de retour à plus de 60 000 $ grâce à un rendement de + 40 % au cours du mois, et plusieurs prévoient 100 000 $ d’ici la fin de l’année. L'un des catalyseurs de cette décision peut être attribué au lancement d'un marché américain adossé à des contrats à terme FNB, ce qui a attiré davantage l'attention des investisseurs sur cette classe d'actifs émergente. Bien que ce ne soit pas la solution parfaite pour les investisseurs, il s’agit d’une mesure positive pour ouvrir le secteur à un nouveau public.

La façon dont les investisseurs devraient utiliser la crypto dans un portefeuille reste une question centrale. Il est difficile de le considérer comme une réserve de valeur étant donné la volatilité, et il devrait peut-être être considéré davantage comme un instrument de négociation de momentum, mais étant donné son échelle et son attention, il est là pour rester. De nouveaux produits sont créés pour tirer parti et profiter de sa volatilité, ce qui, au final, pourrait le rendre plus adapté à différents mandats et à un nombre encore plus grand d’investisseurs.

October Total Return by Products

Avec autant d'actifs dont la valeur augmente rapidement, la pression pour les actifs réels en tant que couverture demeure. Il est encore trop tôt pour savoir si la crypto a bénéficié de ce thème ou non, mais les matières premières traditionnelles pourraient se préparer à une série de hausses de prix sur plusieurs années. Après des années où les investisseurs ont ignoré les sociétés de matières premières, le résultat est un manque de nouveaux projets à venir. Sans capitaux pour le secteur, il est devenu difficile, voire impossible, d’accroître l’offre en temps opportun pour répondre à la demande. Nous le constatons dans le cuivre, le pétrole, le gaz naturel et le bois de construction. Il n’y a pas de solution rapide à l’horizon, donc tout le monde devrait se préparer à ce que ce thème devienne « la nouvelle normalité »

La hausse des prix des marchandises aura une incidence sur l’inflation. Qu’elle soit transitoire ou non importe peu, car elle a une incidence sur toutes les catégories d’actifs et sur la voie de la politique budgétaire dans le monde. La hausse des prix des intrants, conjuguée à la hausse des salaires, exerce une pression accrue sur les banques centrales pour qu’elles éliminent les programmes de relance et commencent à envisager des hausses de taux.  Le mois dernier, la Banque du Canada a mis fin à son programme d’achat d’obligations - nous nous attendons à ce que d’autres fassent de même dans un avenir proche. Après de nombreuses années de taux d’intérêt faibles et même négatifs, il semble que les prochaines années pourraient être l’inverse, ce qui entraînera des variations de la duration longue à courte des titres à revenu fixe et des actions cycliques.

Alors que beaucoup commencent à penser à 2022, il est important de ne pas oublier les deux prochains mois. D’un point de vue saisonnier, novembre est l’un des mois les plus forts de l’année, mais après un mois d’octobre aussi positif, nous devrons voir si cela se maintient. Depuis le début de l’exercice, de nombreux marchés ont progressé de plus de 20 %, ce qui a rendu difficile pour de nombreuses stratégies de suivre le rythme de leurs indices de référence. Cette situation peut entraîner une pression sur le rendement qui peut entraîner une baisse des prix, ce qui rend difficile l’obtention d’un marché trop baissier à court terme, même à ces niveaux.

Cependant, il est important de noter que nous sommes toujours dans les dernières phases de ce marché haussier et qu’à un moment donné, le rythme des gains ralentira. Pour que les marchés montent, nous avons besoin d'un mélange de croissance des bénéfices et/ou expansion multiple. À mesure que les banques centrales changent leur position de « accommodant » à « accommodant », elles deviennent beaucoup moins favorables au marché, ce qui pourrait exercer une pression sur les multiples, tandis que les récents communiqués sur les bénéfices montrent que la croissance des bénéfices pourrait devenir plus difficile. Cela signifie-t-il que « acheter le creux de la vague » est terminé? Difficile à dire car il reste des quantités record de capital non risqué sur le marché. Pour l’instant, il semble que le chemin de moindre résistance soit plus élevé, mais il y aura des bosses le long de la route et faire un changement pour se préparer à la volatilité à venir pourrait devenir la solution prudente.

- Greg Taylor est le directeur des investissements de Purpose Investments

Le cycle du marché reste stable

Les marchés boursiers semblent avoir largement surmonté les problèmes de la Chine, l’inflation et le ralentissement des données économiques... pour l’instant. Une fois encore, il semble que les bonnes nouvelles sur le front des bénéfices l’emportent sur toute autre préoccupation macroéconomique. Même si certaines sociétés affichent une pression sur les marges en raison de coûts plus élevés attribuables à l’inflation ou à la main-d’œuvre, les résultats globaux semblent suffisants pour le marché. Encore une fois, le S&P 500 a atteint un nouveau sommet mensuel, une série qui remonte à 12 mois maintenant. Le record depuis la création du S&P 500 dans les années 20 (c’est-à-dire les années 1920) est de 15 mois consécutifs avec de nouveaux sommets frais, établi récemment en 2014. Les autres marchés boursiers ont affiché des gains de 20 % pour l’exercice, ce qui est impressionnant. Un moment idéal pour être un investisseur.

Sur la base de la performance du marché en octobre, il est clair que nous aurions dû être plus haussiers. Désolé. Bien que le marché semble résister aux vents contraires, ils continuent à se renforcer, et nous voulons en souligner deux qui sont au centre de notre réflexion.

  1. Bénéfices - Les entreprises se sont de nouveau avérées aptes à gérer un environnement fluide très difficile avec une volatilité de la demande et des problèmes d'offre, mais les pressions s'intensifient (poursuivez votre lecture pour un aperçu de l'inflation). Et même cette saison des bénéfices, qui est bonne, montre un ralentissement de la croissance des ventes et des bénéfices. La pression sur les marges et les coûts arrive bientôt dans une entreprise près de chez vous.
  2. Le bol à punch – Vous vous souvenez du vieil adage selon lequel le marché haussier se poursuivrait jusqu'à ce que les banques centrales retirent le bol à punch? Oh, comme le bol est devenu grand... dans les trillions. Il convient de noter que, même si la Réserve fédérale commence à réduire ses dépenses le mois prochain, d’autres banques centrales commencent à éliminer le boulet. Parmi les 25 banques centrales que nous surveillons, neuf ont relevé leurs taux à court terme au cours des trois derniers mois. L’un s’est détendu, la Turquie, mais laissons cela à une situation unique. La plupart des hausses concernent les pays en développement, mais les pays développés ne sont pas loin derrière. La Fed commencera à réduire ses effectifs probablement le mois prochain. La Banque du Canada a brusquement mis fin à sa politique quantitative, entraînant un aplatissement soudain de la courbe.

L’orientation politique autrefois uniforme du « plus, plus, plus » commence à se fragmenter. Pour l’instant, les poids lourds, la Fed et la Banque centrale européenne, n’ont pas bougé, mais les perspectives politiques deviennent plus difficiles pour les prix des actifs.

La bonne nouvelle est que derrière ces vents contraires se cache une économie mondiale qui continue de s’améliorer. Les données actuelles montrent l’impact tardif de la variante du delta, qui devrait être moins visible dans les données au cours des prochains mois, et bien sûr, les problèmes de la chaîne d’approvisionnement. Par exemple, l’économie américaine n’a connu qu’une croissance de 2,0 % au troisième trimestre, mais si l’on ajoute l’effet négatif du secteur automobile, la croissance aurait été de 4,3 %. Et les stocks ont diminué, ce qui devrait aider les données des prochains trimestres.

C’est indéniable, le cycle du marché reste sain. Le cadre du cycle de marché est une approche multifactorielle et multidisciplinaire qui tente de répondre à la grande question : une récession est-elle à l’horizon? Le cadre utilise un panier d’indicateurs économiques, fondamentaux et de rendement/crédit qui ont historiquement été de bons prédicteurs des récessions. Ce qui complique les choses, c’est que chaque récession est différente et que, pour cette raison, certains indicateurs fonctionnent dans certains cycles et non dans d’autres.

Il n’existe pas d’indicateur magique unique. Nous croyons que la combinaison d’un ensemble diversifié d’indicateurs offre aux investisseurs une perspective non émotionnelle pour évaluer si les risques de récession sont élevés ou inactifs afin de guider les décisions de répartition de l’actif dans des marchés calmes et en période de faiblesse des marchés.

February 2016 to October 2021 Percentage of Bullish Signals of Market Cycle Indicators

Examen du cycle du marché

Nous qualifierions les relevés actuels de sains et stables. Le pourcentage de signaux haussiers s’est maintenu à environ 70 % au cours des deux derniers mois, après être descendu de sommets insoutenables. Même s’ils descendaient un peu plus bas, nous ne sonnerions probablement pas l’alarme.

Il n’y a eu aucun mouvement réel du côté des taux comme indicateur prospectif. De toute évidence, si nous incluions la courbe de rendement canadienne, qui s’est aplatie considérablement le mois dernier, ce serait un facteur négatif. Mais dans le grand schéma des choses, notre courbe de rendement n’est tout simplement pas assez importante pour le cycle du marché mondial. Les données économiques américaines ont connu un signal négatif, car GDPNow est devenu baissier. Cette mesure de l’économie est davantage axée sur les données à haute fréquence pour donner une indication plus rapide. Comme on pouvait s’y attendre, les données réelles sur le PIB appuient le ralentissement. En contrepartie, l’économie mondiale a vu les variations du prix du pétrole passer de baissières à haussières. Au total, nous sommes à peu près au même niveau que le mois dernier.

Encore une fois, ce cadre n’indique pas si nous courons un risque accru de repli ou de correction du marché. Nous pensons effectivement que le risque est élevé. Le cycle du marché est conçu pour aider à fournir un signal si nous nous dirigeons vraiment vers une combinaison marché baissier/récession. Pour l’instant, il est clair que non, ce qui signifie que tout repli est plus probablement une opportunité d’achat.

Market Cycle Indicators

- Craig Basinger est le stratège en chef du marché chez Purpose Investments

L’inflation reste rigide

Les lectures actuelles de l'inflation sont les plus élevées depuis des années, avec des lectures de l'IPC d'une année à l'autre au Canada et des États-Unis à 4,4 % et 5,4%, respectivement. Bien que déconcertantes, les données actuelles peuvent être rationalisées par la faiblesse des prix l’an dernier, les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement et l’incapacité générale des entreprises à planifier et à gérer adéquatement une période imprévisible de 18 mois.

Les attentes à l’égard de l’inflation sont plus alarmantes pour les investisseurs et les consommateurs. Le taux d’équilibre sur 10 ans, qui se trouve en examinant la différence de rendement entre les obligations du Trésor nominales et les titres du Trésor protégés contre l’inflation, indique que l’indice des prix à la consommation augmentera en moyenne de plus de 2,5 % par année au cours de la prochaine décennie. Les taux d’équilibre à cinq ans ont également grimpé en flèche, atteignant presque 3 % la semaine dernière.

Comme les rendements obligataires sont nettement inférieurs à cela, les investisseurs ont raison de s’inquiéter du pouvoir d’achat futur. La principale préoccupation est que les pressions inflationnistes actuelles pourraient durer plus longtemps que prévu. « Transitoire » signifie simplement qu'il ne durera pas éternellement, mais la durée de l'inflation élevée semble maintenant plus longue que ce qui était initialement prévu.

Le chemin est pavé

Les banques centrales en prennent maintenant note et commencent à agir. La Banque du Canada a surpris le marché en adoptant une position brusque : l’assouplissement quantitatif est maintenant chose faite et est disparu, et elle a accéléré le calendrier d’une éventuelle hausse des taux jusqu’au milieu de l’année prochaine. C’est un signe clair que l’inflation a toute leur attention, et que l’attitude de laisser-faire ne suffira pas. Cela se reflète dans le taux d’inflation prévu pour l’année prochaine, qui a grimpé de 1 % à 3,4 %. La Banque du Canada comprend que c’est son travail de ramener l’inflation à la cible, et elle veut communiquer haut et fort qu’elle est au travail. Beaucoup d’autres banques centrales du monde ont déjà commencé à se resserrer, 12 des 36 banques que nous surveillons commençant déjà à relever leurs taux. La voie étant désormais libre, on s’attend à ce que la Fed fasse de même, d’abord en réduisant ses effectifs. Avec des marchés à des sommets historiques, nous ne nous attendons pas à une crise de colère pour le moment.

Croissance lente + Inflation élevée = Stagflation?

L’épreuve de force entre le ralentissement de la croissance et la hausse de l’inflation complique les choses. Non, nous ne pensons pas que ce sont les années 1970 qui recommencent, malgré la montée en flèche des recherches Google sur la stagflation. La croissance ralentit par rapport à un niveau élevé et l’inflation augmente par rapport à un niveau faible. Nous nous dirigeons vers la stagflation, mais le chemin est encore long. L'indice de la misère, qui combine l'inflation actuelle et le chômage, s'élève à 10,2% – élevé mais bien en deçà des niveaux paralysants observés dans les années 70 et au début des années 80.

1970 to 2020 Misery Index (Inflation + Unemployment)

Devenir collant

L’inflation sera plus forte que ce que nous avons vu dans nos carrières professionnelles (selon votre âge). Les blocages de l’offre se résorberont d’eux-mêmes, mais cela pourrait prendre plus de temps que quelques trimestres. Le marché du travail est plus tendu que ne l’indiquent les chiffres clés de l’emploi. Les entreprises le ressentent.

Le graphique ci-dessous présente la tendance à la hausse de trois termes clés :

  1. La pression salariale,
  2. Les pénuries de main-d’œuvre, et
  3. Les pressions inflationnistes dans les conférences téléphoniques sur les bénéfices.

Les entreprises perçoivent clairement les pressions inflationnistes et les pénuries de main-d’œuvre. Plus important encore, ils commencent à voir des pressions sur les salaires également si l’on en croit les conférences téléphoniques qui suivent les résultats. Le loyer est la composante la plus importante de l’IPC, et le loyer équivalent des propriétaires augmente à son rythme le plus rapide depuis la dernière bulle immobilière aux États-Unis. Les hausses de loyer ont tendance à être inférieures aux prix des propriétés, qui sont en hausse de près de 20 % selon les dernières données de Case-Schiller. Les pressions inflationnistes commencent à passer du simple choc de l’offre à des facteurs structurels.

January 2020 to October 2021 Frequency of Wage Pressure, Labour Shortages and Inflation.

Réaction du marché

Le principal argument du marché est que les hausses de taux se feront plus rapidement que prévu. La récente hausse des taux obligataires canadiens montre que les banques centrales seront plus accommodantes que la plupart des autres. Bien que la Fed demeure à la traîne en matière de communication, l’aplatissement rapide de la courbe de rendement en raison de l’escalade des taux des obligations à deux ans montre que le marché commence déjà à en tenir compte. Dans le cas du Canada, l’écart entre les rendements des obligations à deux et à dix ans s’est le plus creusé en près de deux décennies après la dernière annonce. La portion à long terme de la courbe est en baisse, car on estime qu’il sera moins nécessaire de se préparer à l’inflation plus longtemps.

Les actifs réels, notamment l’immobilier, les infrastructures et l’or, commencent à être intéressants. La hausse des taux d’intérêt constitue un obstacle, mais la corrélation entre les rendements positifs et l’inflation est intéressante. Nous privilégions les actions par rapport aux obligations compte tenu du risque de taux, et au sein de votre allocation à revenu fixe, restez dans une duration courte. Comme les évaluations sont élevées, nous prévoyons que d’autres épisodes de volatilité se poursuivront à mesure que le marché traitera l’incidence d’un éventuel changement de régime inflationniste. En ce qui concerne les actions individuelles, les titres qui bénéficient de la hausse de la demande ont un pouvoir de fixation des prix et sont moins exigeants en main-d’œuvre devraient en bénéficier. D’un point de vue sectoriel, les produits cycliques comme les matériaux sont attrayants ainsi que les produits financiers étant donné nos perspectives de hausse des taux d’intérêt.

- Derek Benedet est gestionnaire de portefeuille chez Purpose Investments

Construction de portefeuille – L’objectif

Introduction d’une nouvelle section à notre macro mensuel :
La construction de portefeuille sera une section récurrente de la publication mensuelle de la stratégie. C’est là qu’une grande partie de nos analyses macro et de nos réflexions sur les marchés sont traduites en idées pour la construction et la gestion de portefeuilles multi-actifs. Notre avis sur l'inclinaison de la composition de l'actif, les marchés émergents, la durée des obligations, le crédit exposition et des alternatives allant des actifs réels aux diversificateurs de portefeuille. Il n’y a pas de recommandations spécifiques de véhicules d’investissement; il s’agit plutôt d’un cadre pour partager nos points de vue et aider nos lecteurs dans le processus de construction de portefeuille. Ceci est une introduction à notre objectif.

C’est vraiment le meilleur moment pour être un investisseur, et pas seulement parce que les marchés se portent si bien. Au cours des dernières décennies, les frais ont constamment diminué et le nombre d’options de placement a continué d’augmenter considérablement. Un investisseur peut avoir un marché exposition pour quelques points de base ou ajouter des stratégies auparavant réservées aux institutions pour mieux diversifier ou personnaliser l'ensemble du portefeuille. S&P 500 exposition pour un coût de 0,06%, ajoutez un peu de crypto et une allocation d'obligations alternative liquide, les combinaisons sont infinies. Les choses ont beaucoup évolué depuis la constitution de 15 portefeuilles d’actions, qui reste une option viable.

Les FNB, les fonds, les avoirs individuels, les solutions de rechange, les marchandises, les actifs / passifs ou, plus probablement, une combinaison de nombreux véhicules et stratégies différents constituent la plupart des portefeuilles pour les investisseurs individuels. Avec tous les choix et toutes les options, il est tout à fait naturel de souffrir d’une surcharge de choix. Complètement des questions, il n’y a pas de bonne réponse, et de nombreuses voies ou combinaisons de placements peuvent mener à la réussite des placements à long terme. Cependant, certains chemins peuvent ne pas l’être. Essayer de déterminer les risques importants pour un portefeuille et s'assurer exposition sont équilibrés ou à des niveaux souhaités, c'est la raison d'être de la construction d'un portefeuille.

Avec la multiplication des options disponibles, dont beaucoup sont de plus en plus complexes, il est devenu plus difficile de comprendre réellement l’exposition d’un portefeuille à divers marchés, risques, devises, etc. L’accès à plus de stratégies et à plus de véhicules de placement a entraîné une moins grande transparence au niveau du portefeuille.

Pour mieux analyser les portefeuilles multi-actifs, nous avons créé une lentille pour aider à découper et à mieux comprendre les leviers et les expositions des portefeuilles. Cela fournit également un cadre pour donner des conseils sur l’allocation d’actifs, la répartition géographique, le style, la durée, le crédit, les devises, les alternatives, etc.

Les pondérations représentent notre positionnement de référence ou neutre. Ces stratégies sont en partie fondées sur les stratégies de placement offertes aux épargnants canadiens et sur des objectifs généraux. Ces pondérations ne sont pas recommandées, mais elles représenteraient un portefeuille assez diversifié et équilibré. Nous garderons les tilts recommandés pour la prochaine édition.

Allocation globale – Oui, avec chaque cadre d'analyse, cela commence par des allocations d'actifs générales. Notre approche n’est pas différente et même cette analyse générale aide à déterminer les caractéristiques de risque et de rendement d’une grande partie des portefeuilles.  L’allocation globale comprend une analyse des frais, une répartition actif/passif et une ventilation par fabricant de produits.

Répartition des capitaux propres – La composante capitaux propres est ensuite ventilée par zone géographique. Nous incorporons un poids canadien sain dans notre répartition de base, en partie parce que cela est conçu pour les Canadiens, que les actions de pays d’origine comportent moins de risque de change et bénéficient de meilleurs traitements fiscaux. Les actions sont également analysées selon un éventail de styles allant de la valeur à la croissance, selon la taille, et selon la répartition entre les marchés développés et les marchés émergents.

Obligations – La composante obligataire est analysée en fonction de la durée, du crédit exposition, et la mixité géographique. Les mesures de référence ou neutres pour la durée sont le marché (qui est élevé de nos jours). Pour le crédit, l’analyse sépare le gouvernement, l’investment grade, le high yield et les preferreds. Enfin, la répartition géographique est en grande partie canadienne et un peu américaine pour la base de référence. Habituellement, le passage à l’étranger est davantage une question de monnaie.

Alternatives – Clairement quelques bonnes stratégies pour diversifier les portefeuilles, mais très difficiles à classer. Le spectre des stratégies est si grand. Nous répartissons les options en fonction de l’objectif (des objectifs) plus large de la stratégie entre les secteurs Diversifieurs, Crédit / Revenu, Croissance et Actifs réels. La classification des alternatives est plus un art qu’une science.

Cette façon d’examiner les portefeuilles peut facilement mettre en évidence les risques et les expositions potentiellement involontaires. Nous utilisons cet objectif pour les portefeuilles multi-actifs que nous gérons et nous le fournissons en tant que service aux équipes de conseillers dans le cadre de notre Programme de partenariat avec les conseillers. Comme allocation neutre générique, nous utilisons l’allocation ci-dessous. Le mois prochain, nous inclurons les inclinaisons de nos portefeuilles macro et la manière dont elles s’inscrivent dans ce cadre.

Baseline or Neutral Positioning

- Craig Basinger est le stratège en chef du marché chez Purpose Investments

Où se situe le Bitcoin?

Du point de vue de la construction de portefeuille, une question fréquemment posée ces derniers temps est de savoir quelle est la place du bitcoin, ou d’autres crypto-monnaies, dans un portefeuille. Ce n’est pas non plus une question facile, avec des opinions très diverses sur le sujet. Nous ferons part de nos réflexions, non pas sur la question de savoir si vous devriez ou non détenir des titres, mais plutôt sur la répartition des titres dans un portefeuille. Pour simplifier, nous ne parlerons que du bitcoin, car il a la plus longue histoire.

Par sa définition même, le bitcoin possède certaines caractéristiques d’une monnaie et d’un actif réel. Du point de vue des services publics, une monnaie se situe habituellement à la médiane des échanges. Le bitcoin correspond à cette description mais, du point de vue du portefeuille, ce n’est pas le cas. Devise du portefeuille exposition que ce soit via une détention ou un investissement direct en devises, ne voit généralement pas la volatilité que Bitcoin connaît. En d’autres termes, vous ne devriez pas l’appeler cash, ce qui ne devrait pas être une surprise.

En ce qui concerne les actifs réels, l’offre de bitcoins est clairement limitée en raison de sa construction. C’est une condition préalable pour être considéré comme un actif réel. Nous pensons que le bitcoin deviendra un jour un véritable actif, mais pour l’instant, il est dans la phase adolescente d’une nouvelle classe d’actifs. Il grandit rapidement, maladroitement, et ne sait pas encore très bien ce qu’il sera quand il sera grand.

Il s’agit encore d’une nouvelle classe d’actifs du point de vue de l’adoption. Il est encore graduellement mis à la disposition de plus en plus d’investisseurs. Elle pourrait encore faire face à des obstacles réglementaires futurs. Même s’il s’agit d’un actif réel ou d’un outil de diversification de base, le prix sera probablement davantage influencé par le rythme d’adoption pour le moment.

Les mathématiques sont également un défi.  Souvent, lorsqu’on combine diverses classes d’actifs, les rendements, la volatilité et la covariance deviennent des données clés. Étant donné que le bitcoin a bénéficié d’un taux de croissance annualisé de plus de 200 % au cours de la dernière décennie, cela remet en question les mathématiques lorsqu’on utilise les performances historiques. Encore une fois, cela confirme qu’il s’agit encore d’une catégorie d’actifs qui prend sa place finale dans les portefeuilles. La volatilité n’est pas non plus au rendez-vous.  La volatilité mensuelle annualisée est souvent la norme. Au cours de la dernière décennie, la volatilité de l’indice S & P 500 s’est établie à 13,4 %, ou celle de la TSX, à 11,6 %. Au cours de la même période, le bitcoin a une volatilité de 196 %. La corrélation avec d’autres catégories d’actifs, notamment les actions, est en fait assez élevée. Il s’agit de la corrélation mobile sur deux ans entre le bitcoin et les actions mondiales.

December 2012 to December 2020 Correlation of Bitcoin to Global Equities

À l’avenir, le bitcoin pourrait facilement devenir un excellent outil de diversification ou un actif réel solide. Pour l’instant, compte tenu du stade d’adoption, il devrait probablement être considéré dans la catégorie des actifs non traditionnels sous une sous-catégorie de croissance. Vous le possédez pour espérer gagner de l’argent et il faut s’attendre à une forte volatilité.

- Craig Basinger est le stratège en chef du marché chez Purpose Investments


Sources : Les graphiques proviennent de Bloomberg L.P.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits dans les présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs. L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres. Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. L’information fournie est susceptible d’être modifiée sans préavis.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire. Ce document comporte certaines déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont des énoncés prédictifs qui sont fondés sur des conditions ou des événements futurs ou qui s’y rapportent, ou qui comportent des mots comme « peut », « sera », « devrait », « pourrait », « prévoir », « anticiper », « intention », « planifier », « croire », « estimer » ou toute autre expression similaire. Puisque les déclarations qui concernent l’avenir ou qui contiennent autre chose que des renseignements historiques sont exposées à divers risques et incertitudes, les résultats, les actions ou les événements réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés dans la déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne représentent pas des garanties du rendement futur et