NEUF FAITS SUR LA CRYPTOMONNAIE AUXQUELS LES INVESTISSEURS DEVRAIENT S’INTÉRESSER

NEUF FAITS SUR LA CRYPTOMONNAIE AUXQUELS LES INVESTISSEURS DEVRAIENT S’INTÉRESSER

Il ne fait aucun doute que les cryptomonnaies comme le Bitcoin  sont de plus en plus populaires. D’une innovation technologique, elles sont devenues une composante essentielle de nombreux portefeuilles d’investisseurs. Il s’agit toutefois d’une catégorie d’actifs assez récente, sans parler qu’elle est incroyablement unique. Voici neuf des faits les plus fascinants et importants sur les cryptomonnaies que les investisseurs doivent connaître.

1. Les cryptomonnaies, le Bitcoin en particulier, ont gagné l’intérêt de ceux qui s’intéressent au concept de l’argent intelligent (smart money).

Les investisseurs institutionnels exigent de plus en plus d’avoir accès à des monnaies numériques. L’intérêt provenant de ce qu’on appelle l’argent intelligent aide généralement à légitimer et à accroître la valeur de tout actif ou placement individuel. Certains des investisseurs notables qui s’approvisionnent en Bitcoins comprennent :

  • Le milliardaire Paul Tudor Jones, gestionnaire de fonds de couverture, a révélé en mai 2020 qu’il détenait près de 2 % de ses actifs en Bitcoins.
  • Grayscale Investments détient actuellement environ 400 000 Bitcoins et en achète plus de 100 millions de dollars chaque semaine, ce qui devrait lui permettre de détenir 3,4 % de tous les bitcoins d’ici janvier 2021. Grayscale détient également environ 4 milliards de dollars d’Ethereum (ETH).
  • Fidelity Investments a mené une enquête auprès de 774 investisseurs institutionnels en juin 2020 et a constaté que 36% possédaient des cryptomonnaies ou des dérivés. Plus important encore pour l’avenir, 80 % déclarent voir quelque chose d’attrayant dans cette catégorie d’actifs.
  • Au cours du premier semestre de 2020, plus de 20 institutions financières, dont les actifs varient de 10 millions de dollars à plus de 5 milliards de dollars, ont révélé qu'elles possédaient des Bitcoins au moyen du Grayscale Bitcoin Trust, un véhicule d'investissement coté en bourse qui possède des Bitcoins et suit largement son prix.
  • En octobre 2020, la société de paiement Square a investi 50 millions de dollars dans le Bitcoin afin de diversifier son bilan largement libellé en dollars américains, devenant ainsi la dernière grande institution à investir beaucoup d'argent dans la première cryptomonnaie au monde.

2. Soyez prêt : les monnaies numériques peuvent être exceptionnellement volatiles.

Contrairement à un marché boursier typique, la négociation se fait sur divers marchés d’échange de cryptomonnaies et même sur les chaînes de blocs plutôt que sur une bourse centrale. Étant donné que l’information sur les prix passe par plusieurs sites dans le monde, la volatilité peut être accrue. Par conséquent, le prix du Bitcoin a parfois fluctué très rapidement.

Par exemple, le Bitcoin avait atteint 19 738 $ à la fin de 2017, ayant été multiplié par 15 cette année-là seulement au milieu d’un flot de gros titres médiatiques et d’une adoption croissante. À la fin de 2018, le prix du Bitcoin avait baissé de 80 %. Au début de 2021, la valeur du Bitcoin était de plus de deux fois plus élevée que le prix qu’il avait atteint en 2017, juste au-dessus de 40 000 $.

Bien que les sommets et les creux du Bitcoin puissent parfois être très prononcés, il est important de noter que la tendance générale de l’actif à long terme demeure constamment à la hausse. De nouveaux actifs ont tendance à connaître une volatilité extrême lorsque les investisseurs sont en période de découverte de prix. Ce processus comporte souvent des mouvements rapides, mais n’enlève rien à l’utilité de l’actif. Le secteur du cannabis connaît un phénomène similaire.

3. L’attrait : les cryptomonnaies n’ont pas de soutien fondamental traditionnel.

Contrairement à l’argent liquide que vous avez dans votre portefeuille (pour ceux d’entre vous qui utilisent encore de l’argent liquide, du moins), ou à toute autre monnaie fiduciaire dans le monde, les monnaies numériques ne sont pas soutenues par une banque centrale ou un gouvernement. Cette décentralisation est un élément important de la raison pour laquelle de nombreux investisseurs s’intéressent à cette catégorie d’actif. Les monnaies numériques n’ont pas d’actifs sous-jacents, de base d’imposition ou de capacité à dégager des bénéfices pour établir une évaluation fondamentale. Le processus d’évaluation des actifs est en soi nouveau.

Lorsque vous examinez une action publique, vous pouvez utiliser l’historique des bénéfices de l’entreprise pour estimer sa valeur. Le rendement économique d’un pays, par l’entremise de mesures comme le PIB et le rendement des obligations, aide à déterminer la valeur d’une devise. Cependant, les monnaies numériques n’ont pas de liens fondamentaux traditionnels.

En ce qui concerne le Bitcoin, l’offre joue un rôle important dans l’établissement de son prix. Le Bitcoin a un approvisionnement fixe de 21 millions, dont environ 88 % sont déjà en circulation. Le reste sera mis en ligne au cours des 120 prochaines années selon un calendrier connu et fixe, ce qui constitue une différence majeure par rapport à l’offre d’or, l’actif traditionnel souvent comparé aux cryptomonnaies.

Lorsque les investisseurs veulent plus d’or, les mineurs peuvent augmenter leur production pour répondre à cette demande. Lorsque les investisseurs veulent plus de Bitcoin, il n’y a pas de capacité comparable d’augmenter l’offre. Le Bitcoin est la première réserve de valeur où l’offre n’est pas touchée par la demande. L’augmentation de la demande en Bitcoins a une incidence importante sur son prix.

4. Les cryptomonnaies sont interdites dans plusieurs pays.

Les cryptomonnaies sont décentralisées et non réglementées, surtout par rapport à la monnaie fiduciaire traditionnelle. Ce constat effraie les gouvernements et les bureaucrates, qui ont choisi d’interdire leur utilisation, généralement en réglementant les soi-disant rampes d’accès, les marchés d’échange. Certains pays ont carrément interdit leur utilisation ou leur négociation. Le commerce, les paiements ou l’achat de biens et de services au moyen des monnaies numériques sont illégaux en Bolivie, en Équateur, au Népal et au Pakistan, entre autres. Certains autres territoires interdisent de manière tempérée les opérations bancaires avec des cryptomonnaies, comme la Colombie, la Chine, l’Arabie saoudite, la Russie et même le Canada.

5. N’oubliez pas! Les cryptomonnaies sont assujetties à l’impôt.

Ce n’est pas parce que les cryptomonnaies sont décentralisées que le gouvernement ne veut pas obtenir sa part de ce qui lui revient. Au Canada, les monnaies numériques sont assujetties à la Loi de l'impôt sur le revenu. L’Agence du revenu du Canada traite le Bitcoin et d’autres actifs relatifs à la cryptomonnaie comme une marchandise et non comme une monnaie. Les gains ou les pertes sont imposés de la même façon que les autres placements dans des marchandises. En fonction de la manière dont vous avez structuré vos choses, les gains résultant de la cession de cryptomonnaies peuvent être considérés comme un revenu d’entreprise ou un gain en capital et doivent être déclarés en tant que revenu de biens ou capital d’entreprise.

Les cryptomonnaies sont assujetties non seulement à l’impôt sur les placements, mais aussi à l’impôt sur les opérations. Le Bitcoin et ses équivalents ne sont pas considérés comme des monnaies légales, mais l’ARC reconnaît qu’ils peuvent être utilisés pour payer des biens et des services. Étant donné que les actifs relatifs à la cryptomonnaie sont des marchandises, les opérations sur ceux-ci sont considérés comme du troc. Selon l’ARC, les opérations de troc relèvent de la Loi de l’impôt sur le revenu, ce qui signifie que les entreprises doivent constater le revenu tiré d’une vente achetée au moyen d’une cryptomonnaie et ont l’obligation de percevoir et de remettre la taxe de vente.

Alors que la fiscalité de la cryptomonnaie est en grande partie passée sous le radar, par rapport à d’autres actifs, un éveil brutal peut être à venir. Aux États-Unis, l’Internal Revenue Service a signalé que seulement 800 contribuables ont déclaré leurs gains entre 2013 et 2015, ce qui signifie que beaucoup de gens esquivent volontairement ou par erreur la loi.

6. De plus en plus, les investisseurs utilisent la cryptomonnaie pour se protéger de l’inflation.

Le Bitcoin est devenu l’un des moyens les plus populaires de se protéger contre les inquiétudes d’inflation à long terme, qui ont refait surface en raison des plans de relance massifs que nous avons vu être déployés par les banques centrales et les gouvernements du monde entier. Certains estiment que les mesures d'urgence prises pour lutter contre l'impact économique de la COVID-19, en particulier l'impression monétaire, réduira la valeur des monnaies fiduciaires traditionnelles. La cryptomonnaie est donc considérée par beaucoup comme une solution de rechange numérique à l’or. D’autres tendances, comme l’augmentation du commerce mondial, la numérisation et l’adoption croissante de la cryptomonnaie chez les jeunes consommateurs, amènent les investisseurs à considérer la cryptomonnaie comme une couverture contre les devises traditionnelles.

7. Ce ne sont pas seulement les enfants : Les riches prennent note de la cryptomonnaie.

DeVere Group, un cabinet mondial de services-conseils financiers, affirme que 73 % de ses clients millionnaires qui ont répondu au sondage annuel sur les cryptomonnaies ont déjà investi ou investiront dans des cryptomonnaies d’ici 2023. Il s’agit d’une hausse par rapport à 68 % l’année dernière, alors que les particuliers fortunés rééquilibrent leurs portefeuilles vers la cryptomonnaie.

8. Méfiez-vous de la réglementation imminente sur les cryptomonnaies.

Les investisseurs supposent que, si le Bitcoin et l’univers des cryptomonnaies continuent de s’accroître, il deviendra plus réglementé. Partout dans le monde, c’est ce qui se produit déjà petit à petit. Par exemple, il existe une réglementation améliorée dans un certain nombre de pays qui empêche les institutions financières de faciliter les transactions de cryptomonnaies .

Aux États-Unis, la SEC a largement réprimé la collecte de fonds de cryptomonnaies effectuée au moyen d’une « première émission de cryptomonnaies », mais elle a hésité à publier des directives sur le secteur dans son ensemble, ce qui pourrait bientôt changer.

« Il y a de plus en plus d'intérêt de la part d'un large éventail de personnes, à la fois dans l'espace de la cryptomonnaie et au sein des institutions financières traditionnelles, qui nous demandent des conseils », a déclaré un commissaire de la SEC à CoinDesk à la fin de 2020. « Je pense que nous allons devoir y faire face de plus en plus dans les années à venir. »

9. La pandémie fait tourner l’attention davantage vers le Bitcoin.

Dans le contexte d'une pandémie qui a mis suffisamment de pression sur le dollar américain, le prix du Bitcoin a explosé. En 2020, la valeur de la cryptomonnaie a triplé. Au cours des deux premières semaines de 2021, le Bitcoin s’est redressé par plus de 30 %. Les mouvements ont relancé l’attention de Wall Street et des médias financiers, surtout lorsque le prix du Bitcoin a atteint son sommet précédent à la fin de 2017 (avant que le marché des cryptomonnaies ne s’effondre tristement). Même les principaux sites d’information sur les investissements suivent désormais quotidiennement le prix du Bitcoin, de l’Ethereum et d’autres actifs relatifs à la cryptomonnaie.

- Josh Bubar est vice-président de Product at Purpose Investments

Nous sommes ici pour répondre à vos questions sur la cryptomonnaie et il nous fait plaisir de vous aider. Si quelque chose vous préoccupe, envoyez-nous un message : Bitcoin@purposeinvest.com


Toutes les données proviennent de Bloomberg, à moins d’indication contraire.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits ici, ni une recommandation ou une sollicitation à vendre, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne représentent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs. L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres. Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. Ils peuvent changer sans préavis et Purpose Investments Inc. ne sera pas tenue responsable des inexactitudes dans les données présentées.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Le taux de rendement indiqué est le taux de rendement total composé annuel historique, y compris les fluctuations de la valeur des actions ou des parts et le réinvestissement de toutes les distributions, et ne tient pas compte des frais d’acquisition, de rachat ou de distribution ou des frais facultatifs ni de l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, lesquels réduiraient le rendement. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire.