La saison des bénéfices du troisième trimestre n’est pas une sinécure

Le sang du marché boursier est constitué des bénéfices générés par les sociétés de l’indice. Parfois le marché paie plus pour ces gains, comme ces jours-ci, parfois moins.

La saison des bénéfices du troisième trimestre n’est pas une sinécure

Le sang du marché boursier est constitué des bénéfices générés par les sociétés de l’indice. Parfois le marché paie plus pour ces gains, comme ces jours-ci, parfois moins. Par exemple, au cours de la dernière décennie, le ratio cours / bénéfice (ratio cours / bénéfice ou ratio cours / bénéfice) du S & P 500 a varié de 10,3 à 23,2, son niveau actuel s’établissant à 21,1. Ce calcul est fondé sur les estimations consensuelles des bénéfices sur 12 mois. Le TSX canadien présente une fourchette similaire - 10,8 à 20,8 - bien que son ratio PE actuel de 16x ne se situe pas dans la fourchette supérieure. Tenter de comprendre combien le marché paiera ou valorisera 1 dollar de bénéfice change clairement, et parfois rapidement.

De nombreux facteurs influencent le multiple du marché. Les rendements du marché obligataire ont une influence, car il s’agit d’une catégorie d’actifs concurrente aux actions. Par le passé, la hausse des rendements a coïncidé avec la baisse du ratio cours / bénéfice sur le marché boursier. Je veux dire que si vous allez recevoir, disons, un coupon garanti de 5 % à partir d’obligations, vous ne paierez pas autant pour 1 $ de gains étant donné toutes les incertitudes supplémentaires avec les actions. De nos jours, avec les faibles rendements, les ratios PE des actions ont tendance à être plus élevés. Toutefois, les perspectives économiques sont le principal moteur du multiple du marché.  Si l’économie se porte bien et qu’il y a peu de nuages à l’horizon, le ratio PE tend à être plus élevé. Lorsque l’avenir de l’économie est incertain, les investisseurs ne paieront pas autant pour leurs bénéfices.

En 2019 et en 2020, les rendements du marché ont été principalement stimulés par l’expansion multiple – oui, même dans ce marché baissier rapide, qui a subi une compression multiple rapide, suivie d’une expansion multiple encore plus incroyable.  Le graphique ci-dessous présente les rendements annuels de l’indice S & P 500 et de la TSX, qui comprennent les dividendes, la croissance du bénéfice et la variation du multiple. Les barres bleu clair représentent les changements dans le multiple du marché, de loin le plus grand facteur de performance de l’indice au cours des deux dernières années. Veuillez noter que si les bénéfices et les dividendes augmentent au fil du temps, le multiple du marché n’augmente pas, c’est un jeu à somme nulle.  Autrement dit, les expansions multiples sont compensées par des contractions multiples dans d’autres années.

2019 to 2020 S&P 500 Return Decomposition and TSX Comp Return Decomposition

Nous avons commencé à voir une certaine contraction multiple après quelques années d’expansion en 2021. La bonne nouvelle est que la croissance des bénéfices est venue à la rescousse du marché, en grande partie.  Les bénéfices prévisionnels pour les 12 prochains mois de l’indice S & P 500 étaient de 166 $ au début de 2021; ils sont maintenant de 214 $ pour les 12 prochains mois. Au début, les bénéfices remontaient à des niveaux déprimés, mais au cours des derniers trimestres, c’est la reprise économique plus forte que prévu qui a poussé les estimations à la hausse. Et la hausse des bénéfices guérit ou apaise de nombreux maux du marché. Des rendements plus élevés, la réduction des taux d’intérêt par la Fed, les problèmes immobiliers en Chine... si la croissance des bénéfices est suffisante, le marché ne s’en souciera pas autant.

Bon, alors pourquoi parlons-nous de gains?

La croissance des bénéfices, ou une hausse plus précise des prévisions de bénéfices, a stimulé les rendements du marché en 2021. La réouverture des économies, la hausse des prix des matières premières et une croissance étonnamment robuste de la demande axée sur les biens durables plutôt que sur les services ont créé l’élixir parfait pour les bénéfices du S&P et du TSX. Une hausse de 29 % des bénéfices à terme par rapport à il y a neuf mois est le rythme le plus rapide que nous ayons vu depuis longtemps. Le TSX, avec 24 %, n’est pas non plus un obstacle. MAIS, au cours des dernières semaines, nous avons commencé à voir les estimations de bénéfices commencer à baisser. Ne vous alarmez pas trop, ce n’est pas la croissance des bénéfices qui devient négative, les estimations sont simplement en baisse.  À l’heure actuelle, le S & P 500 devrait gagner 198,62 $ en 2021 (deux quarts dans le sac, deux à partir).  Et l’an prochain, les estimations consensuelles ascendantes s’établissent à 218,03 $, ce qui est clairement positif, bien que le rythme de croissance des bénéfices soit plus lent (+ 10 %).

Ces estimations ont commencé à diminuer, ce qui a renversé une tendance à la hausse des révisions des estimations. Au cours de la dernière année, la tendance des prévisions des estimations a été à la hausse, mais à la mi-août, cette tendance a stagné et, en septembre, les analystes ont revu à la baisse leurs prévisions de bénéfices (voir le graphique ci-dessous).  Bien qu’il s’agisse encore d’un déclin subtil, la nouvelle direction n’est pas encourageante.

July 1, 2021 to September 16, 2021 S&P 500 earnings' estimation

Un certain ralentissement de la croissance économique est un facteur. Mais une autre est la hausse des coûts. La semaine dernière, Fedex Corp, souvent un indicateur de l’activité économique, a souligné que si la demande et les prix restent sains, les coûts augmentent désormais plus rapidement et annulent les bonnes nouvelles. Les actions ont chuté de 8 % à la suite de cette nouvelle.

Les résultats du T3, qui commenceront à être publiés au début d’octobre, semblent être les plus touchés par les révisions à la baisse dans quelques secteurs, les biens de consommation discrétionnaire étant les plus touchés.  Parmi les facteurs qui y contribuent, citons les automobiles, dont la chaîne d’approvisionnement est perturbée. De plus, à mesure que l’économie se rouvre et que les consommateurs commencent à dépenser davantage pour les services, un effet secondaire de cette situation est de dépenser moins pour les biens durables (une composante importante de la consommation discrétionnaire). Les produits industriels ont connu la deuxième plus grande baisse des estimations, et celle-ci s’amplifiera probablement lorsque les analystes mettront à jour leurs prévisions suite à la baisse des orientations de Fedex.

S&P 500 Sector Q3 earnings revisions from peak

Ces tendances américaines en matière de révisions des bénéfices sectoriels pour le T3 sont un facteur positif. Le TSX, compte tenu de sa pondération plus importante dans les secteurs de l’énergie, des matériaux et des finances, devrait être moins touché, en supposant que les tendances sectorielles soient évidentes de l’autre côté de la frontière.  Et en fait, c’est aussi ce que montrent les chiffres.  Les révisions des estimations pour la saison des bénéfices du T3 de la Bourse de Toronto n’ont pas connu le même rythme de révision négatif que le marché américain.  Allez le Canada.

Implications en matière d’investissement

La croissance des bénéfices et les révisions positives ont aidé les marchés boursiers à progresser au cours de la dernière année.  Malheureusement, cet élan positif semble s’estomper. Bien que les révisions négatives soient mineures jusqu’à présent et que la croissance des bénéfices demeure positive, la prochaine saison de bénéfices du T3 pourrait ne pas être une bonne marche. La dernière saison des bénéfices a été marquée par des taux de surprise positive beaucoup plus élevés que la normale en termes de fréquence des sociétés dépassant les estimations et de l’ampleur de ces « battements Alors que les coûts continuent d'augmenter et que le rythme de croissance du chiffre d'affaires ralentit, les entreprises sont mieux à même de contrôler les coûts et/ou répercuter les coûts sur les clients devrait mieux s'en tirer.

Une attention particulière devrait être accordée aux exploitations ou exposition à la consommation discrétionnaire, aux produits industriels et à la consommation de base. Les estimations dans ces secteurs sont révisées à la baisse pour une bonne raison. Avoir moins exposition ou opter pour des positions plus défensives dans ces secteurs peut s'avérer prudent alors que nous commençons à traverser des saisons de bénéfices plus difficiles.

- Craig Basinger est le stratège en chef du marché chez Purpose Investments


Sources : Les graphiques proviennent de Bloomberg L.P.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits dans les présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs. L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres. Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. L’information fournie est susceptible d’être modifiée sans préavis.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire. Ce document comporte certaines déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont des énoncés prédictifs qui sont fondés sur des conditions ou des événements futurs ou qui s’y rapportent, ou qui comportent des mots comme « peut », « sera », « devrait », « pourrait », « prévoir », « anticiper », « intention », « planifier », « croire », « estimer » ou toute autre expression similaire. Puisque les déclarations qui concernent l’avenir ou qui contiennent autre chose que des renseignements historiques sont exposées à divers risques et incertitudes, les résultats, les actions ou les événements réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés dans la déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne représentent pas des garanties du rendement futur et sont, en raison de leur nature, fondées sur de nombreuses hypothèses. Bien que les déclarations prospectives comprises dans ce document découlent d’hypothèses que Purpose Investments et le gestionnaire de portefeuille estiment raisonnables, ceux-ci ne peuvent pas garantir que les résultats réels correspondront à ces déclarations prospectives. Nous recommandons donc au lecteur d’envisager la déclaration prospective avec prudence et de ne pas s’y fier indûment. À moins que la loi applicable ne l’exige, la société n’a ni l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou autre, et décline toute responsabilité à cet égard.