Air raréfié

La progression du marché au cours de l’année dernière a vraiment fait tourner beaucoup de têtes, dans le bon sens du terme.

Air raréfié

La progression du marché au cours de l’année dernière a vraiment fait tourner beaucoup de têtes, dans le bon sens du terme. Après l'ours et le rebond initiaux déclenchés par la pandémie de COVID-19, les marchés ont connu une course phénoménale. Le déploiement de vaccins le moteur de la tendance à la réouverture de l'économie a aidé, tout comme la poursuite des politiques d'urgence de soutien monétaire et budgétaire. Et quelle course. Au cours de cette période, les dépenses de consommation ont été beaucoup plus axées sur les biens durables comme les véhicules, les maisons et la technologie. Alors que le PIB nominal ne se soucie pas autant de savoir où un individu décide de dépenser son argent, les marchés boursiers préfèrent de loin que vous achetiez des biens durables plutôt que des services (comme un dîner).

2006 to 2021 Global equity market capitalism in trillions

Toutes ces bonnes nouvelles du marché ont porté la capitalisation boursière mondiale des actions à environ 120 000 milliards de dollars, soit 30 000 milliards de dollars de plus qu'auparavant. la pandémie frappé. C'est incroyable car on n'a certainement pas l'impression que le monde est 33% mieux loti qu'avant la pandémie. En fait, il a fallu une décennie pour ajouter 30 billions de dollars à la capitalisation boursière mondiale à partir du sommet atteint avant la crise financière mondiale. Les derniers 30 billions de dollars ont pris un an et demi.

Ce ne sont pas seulement les habitudes de dépenses qui ont changé. Compte tenu de la performance du marché et des taux d’épargne élevés (puisque beaucoup ne dépensent pas autant pour les services), les marchés ont bénéficié de solides entrées de fonds l’année dernière. Ce taux d’épargne super élevé ne se trouve pas seulement sur les comptes bancaires.

Les changements temporaires de comportements et la politique monétaire et budgétaire ont peut-être freiné le rendement futur. Autrement dit, certains de ces rendements anormalement élevés pourraient signifier un retour à la normale, ce qui entraînerait des rendements plus modestes. Pour montrer à quel point certains marchés ont évolué en dehors de la norme, examinons quelques points de vue différents.

Il est indéniable que l’économie et le marché, bien que liés, peuvent se comporter très différemment à certains moments. Les actions peuvent monter ou descendre tant que l’économie reste stable. Parfois, l’économie s’accélère et le marché se replie. Les variations dans la direction des marchés et de l’économie ont conduit à la phrase souvent utilisée, « le marché n’est pas l’économie ». Et même si cela peut sembler le cas à certains moments, il y a une forte différence entre les deux.

L’économie détermine les bénéfices des entreprises et s’il y avait un multiple d’évaluation constant placé sur les bénéfices, la relation entre l’économie et le marché serait plus claire. Mais une fois que le sentiment des investisseurs s’en mêle, payant parfois plus pour un dollar de bénéfices, parfois moins, les eaux sont brouillées.

D’après la mesure du PIB mondial par rapport à l’évaluation des marchés boursiers mondiaux, nous semblons nous trouver en terrain inconnu. En regardant simplement le graphique, vous pouvez voir que cette relation est loin d’être parfaite, mais vous pouvez également constater que lorsque le PIB augmente bien, le marché aussi. Et lorsque la croissance du PIB ralentit ou diminue, comme le marché boursier [...] à peu près. Néanmoins, la progression récente du marché des actions ne semble guère correspondre à celle de l’économie. Il convient également de noter que la mesure du PIB mondial est annuelle et que la hausse de 2020 à 2021 devrait ralentir de 2021 à 2022.

2004 to 2021 Global GDP and Global Market Cap in trillions

Il existe un lien entre l’économie et le marché, mais les comparer revient à comparer des pommes et des oranges. La mesure de l’économie telle que nous la connaissons est le PIB : un chiffre annuel qui tente de saisir toute l’activité économique. Autrement dit, si toute l’activité économique devait cesser pendant un an, le PIB serait nul. Entre-temps, la valeur d’une entreprise est le plus souvent fondée sur sa capacité de générer des bénéfices, tant aujourd’hui que dans l’avenir. Il s’agit clairement d’un décalage temporel.

Alors simplifions encore plus. Pour le S&P 500, ne tenez pas compte de la taille par rapport à l’économie, ne tenez pas compte du rapport cours/bénéfice, ventes, livre, EBITDA, DCF, etc. Au lieu de cela, regardez simplement le rendement à long terme par rapport au rendement récent. Ce graphique représente le S&P 500 depuis les années 1950 avec une ligne de tendance des moindres carrés. La courbe de tendance se traduit par un rendement annualisé de 6,7 %, compte non tenu des dividendes. Ajoutez un point ou deux provenant des dividendes, un rendement respectable. Mais il est clair qu'au cours des deux dernières années, le S&P 500 a brièvement chuté en dessous de la tendance au cours de la pandémie le marché baissier induit a ensuite explosé bien au-dessus. Pas aussi loin que la bulle technologique des années 1990, mais on s’en rapproche.

1957 to 2021 S&P 500 and Long term trend line: 6.7%

Si l’on se tourne vers le TSX du Canada, les choses semblent certainement plus intéressantes et moins préoccupantes. Il est à noter que la courbe de tendance à long terme a un taux de croissance composé de 5,8 % au cours de cette période, mais que la TSX a toujours bénéficié d’un rendement en dividendes plus élevé. Par conséquent, l’écart de rendement de l’indice S & P, qui a surclassé la TSX, est inférieur à ce que cela laisse entendre. Plus important encore, bien que le marché boursier américain soit bien au-dessus de sa tendance, la TSX demeure sous sa tendance.

1957 to 2021 TSX Comp and Long term trend line: 5.8%

Implications en matière d’investissement

« Cette fois, c’est différent » est souvent qualifié de mot le plus cher pour le portefeuille d’un investisseur. Cette leçon aux investisseurs est fondée sur la réversion moyenne. Lorsque les choses durent trop longtemps ou deviennent trop excessives, elles reviennent souvent à la moyenne ou souvent en dessous pendant un certain temps. Le monde peut être différent. L’expérience stratégique en cours avec la théorie monétaire moderne pourrait changer les règles. Peut-être que TINA (c’est-à-dire « il n’y a pas d’alternative ») est la raison pour laquelle les marchés vont continuer à monter. Peut-être qu’en donnant à son nouveau chiot le nom de Floki, Elon Musk vaut quelques milliards sur le marché de la cryptomonnaie en son homonyme. Je devrais peut-être lancer la pièce Baxter. Et peut-être que ces marchés se maintiennent pendant des mois, des trimestres ou un an et plus. L’histoire dit le contraire et il y a une réversion moyenne qui sera probablement plus grande au fur et à mesure que ce marché évolue. Le moment où cela se produira reste une supposition, mais le maintien d’une attitude défensive reste notre état d’esprit.

- Craig Basinger est le stratège en chef du marché chez Purpose Investments


Sources : Les graphiques proviennent de Bloomberg L.P.

Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits dans les présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs. L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres. Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. L’information fournie est susceptible d’être modifiée sans préavis.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire. Ce document comporte certaines déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont des énoncés prédictifs qui sont fondés sur des conditions ou des événements futurs ou qui s’y rapportent, ou qui comportent des mots comme « peut », « sera », « devrait », « pourrait », « prévoir », « anticiper », « intention », « planifier », « croire », « estimer » ou toute autre expression similaire. Puisque les déclarations qui concernent l’avenir ou qui contiennent autre chose que des renseignements historiques sont exposées à divers risques et incertitudes, les résultats, les actions ou les événements réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés dans la déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne représentent pas des garanties du rendement futur et sont, en raison de leur nature, fondées sur de nombreuses hypothèses. Bien que les déclarations prospectives comprises dans ce document découlent d’hypothèses que Purpose Investments et le gestionnaire de portefeuille estiment raisonnables, ceux-ci ne peuvent pas garantir que les résultats réels correspondront à ces déclarations prospectives. Nous recommandons donc au lecteur d’envisager la déclaration prospective avec prudence et de ne pas s’y fier indûment. À moins que la loi applicable ne l’exige, la société n’a ni l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou autre, et décline toute responsabilité à cet égard.