Agendas ESG : Cinq choses que nous avons apprises sur notre approche

Introduction
Agendas ESG : Cinq choses que nous avons apprises sur notre approche

Il y a un an, nous avons annoncénotre plan d’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans nos processus d’investissement, sur l’ensemble de notre gamme de produits existants. Beaucoup de choses se sont passées depuis lors, et nous avons beaucoup appris en cours de route. Les cinq grands enseignements et défis peuvent être résumés comme suit :

1. Commencez avec un état d’esprit et une vision bien établis
2. Construire un cadre
3. La transparence de l’entreprise compte vraiment, mais elle est imparfaite
4. Construisez votre crédibilité, puis intervenez
5. Mettez l’ESG en action

Avec le temps qui commence à se refroidir et les feuilles qui changent de couleur, ce sentiment de rentrée des classes me rappelle le travail que nous avons fait avec l’ESG et les principaux enseignements.

En repensant à nos premiers regards sur nos fonds d’un point de vue ESG, il est intéressant de réfléchir à ce que cela a été. Nous avions une idée claire de ce que nous voulions faire, mais l’intégration réelle n’est pas simple.

Maintenant que je regarde en arrière, il y avait cinq leçons et défis clés basés sur ce que nous avons fait dans les premiers jours de la mise en œuvre et ce que nous avons appris :

1. Avoir une vision

Nous nous sommes inspirés de l’opinion largement éprouvée selon laquelle l’intégration ESG devrait permettre d’améliorer le rendement d’un portefeuille. Nous avions également des idées bien arrêtées et de haut niveau sur ce que nous voulions faire :

  • Améliorer la durabilité de nos portefeuilles, telle qu’elle est mesurée à travers une optique ESG
  • Poursuivre l’intégration plutôt que l’exclusion
  • Soyez pragmatique plutôt que dogmatique
  • Reconnaître que chaque mandat est différent et nécessite une approche différente

Mais même cette vision a suscité une certaine controverse. Nous en avons constamment discuté entre nous, en nous inspirant des points de vue des membres de toute notre organisation.

J’ai même débattu avec mon collègue Josh devant toute l’entreprise lors d’un déjeuner à la mairie pour savoir si la SEG était une mode. La bataille a été rude et le scepticisme était grand.

Cependant, avec une idée de ce que nous voulions faire, nous avons créé un groupe de travail interne et nous avons souscrit à un fournisseur tiers spécialisé pour avoir accès aux données, aux informations et aux analyses dont nous aurions besoin pour commencer à intégrer cette nouvelle dimension dans nos différents processus. Le voyage avait véritablement commencé lorsque nous sommes passés de l’idée à l’action.

2. Construire un cadre

Lorsque nous avons commencé à nous occuper de nos portefeuilles, il est immédiatement devenu évident qu’il n’y aurait pas de formule facile à mettre en œuvre. Une intégration quantitative réussie des ESG serait un exercice de science des données massivement complexe qui dépasserait le cadre des ressources qui nous sont allouées.

Si l’on regarde les choses dans une perspective plus large, les données sont très nuancées, et les comparaisons entre les pommes peuvent être rares.

Bien que nous ayons accès à une tonne de données, nous devrions commencer à l’ancienne en établissant un cadre de base et en nous plongeant manuellement dans les rapports de l’industrie et des entreprises. Plusieurs questions fondamentales ont émergé :

  • Quelle mesure devrions-nous utiliser pour signaler une sécurité? Cote de risque absolu? Scoring relatif à l’industrie? Des controverses?
  • Sommes-nous d’accord avec le point de vue de l’analyste sur l’exposition au risque, la gestion et l’importance relative?
  • Quel est le seuil approprié à signaler à un gestionnaire de portefeuille?
  • Quel sera notre processus pour ré-analyser collectivement la sécurité et répondre par une décision de vente, de réduction ou de maintien?

Le point de vue et les données des analystes ne sont pas accompagnés d’un manuel sur la manière de les intégrer dans un processus d’investissement, chacun étant différent et pouvant nécessiter une approche différente.

3. La transparence d’entreprise est imparfaite

Une autre complication qui apparaît est la fréquence à laquelle un score de risque ESG négatif peut provenir d’un manque de divulgation plutôt que d’une action ou d’une politique offensive. Il y a de la logique à cet égard, mais cela demeure un peu insatisfaisant compte tenu du principe d’innocence jusqu’à ce qu’il soit prouvé coupable. Il est difficile de juger ce que l’on ne sait pas, surtout au début.

Heureusement, la boucle de rétroaction positive entre les mécanismes de ces systèmes de notation, l’adoption générale des ESG, l’évaluation des capitaux propres et les incitations à la transparence des entreprises résoudra ce problème, en particulier avec le temps. Un intérêt accru pour les ESG obligera les entreprises à être plus transparentes, ce qui nous donnera de meilleures données pour prendre des décisions.

4. Élever des drapeaux rouges avec crédibilité

Malgré ces difficultés et d’autres difficultés, nous avons émergé des perspectives initiales en améliorant considérablement notre compréhension des risques importants mais non financiers dans l’ensemble de nos portefeuilles.

Ce fut le début du cadre de la manière dont nous allions intégrer ces nouvelles connaissances dans nos outils d’évaluation traditionnels.

Cela nous a donné la confiance dont nous avions besoin pour lever des drapeaux avec nos gestionnaires de portefeuille individuels, poser les questions difficiles et travailler en collaboration pour trouver des solutions. Convaincre un Premier ministre n’a pas toujours été facile, mais au fur et à mesure que nous travaillions ensemble, apprenions ensemble et comprenions mieux la valeur profonde et inhérente de l’analyse ESG, celle-ci a commencé à prendre son essor. Pour avoir la crédibilité nécessaire pour intervenir, vous devez faire vos devoirs et expliquer clairement pourquoi votre perspective ESG est importante pour chaque investissement spécifique.

5. Passer la parole

Il était maintenant temps pour le plus difficile. Nous étions en marche. Nous avons trouvé des sociétés qui semblaient attrayantes selon les rapports traditionnels, mais qui avaient des problèmes sous-jacents qui ne figuraient pas dans les documents financiers. Et nous avons commencé à débattre et à réduire notre exposition à ces entreprises, selon les besoins.

Nous avons même fait exécuter un ordre de vente lors de notre première réunion de la commission ESG sur la base de nouvelles informations qui ont été mises en lumière concernant une plus petite participation dans le fonds.

Cela est certes anecdotique, mais il met en évidence la rapidité avec laquelle une nouvelle dimension peut vous amener à changer votre point de vue sur l’attrait d’une participation. C’est un développement matériel!

Maintenant, alors que je m’assois pour écrire ceci, nous sommes à la fin du troisième trimestre en 2020. Ce que nous avons appris, c’est qu’il s’agit d’un processus évolutif. Nous avons plus à partager et nous continuerons à tenir un journal. Nous espérons que vous continuerez à lire et à nous suivre dans notre quête pour rendre les portefeuilles de Purpose plus durables et plus robustes.

— Graeme Cooper est vice-président de Product at Purpose Investments


Toutes les donnÈes proviennent de Bloomberg, ‡ moins d'indication contraire.

Le contenu de ce document est fourni ‡ titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres dÈcrits aux prÈsentes, ni une recommandation ou une sollicitation ‡ acheter, dÈtenir ou vendre líun de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptÈs aux besoins ou ‡ la situation des investisseurs.

Líinformation contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas Ítre interprÈtÈe comme une notice díoffre, un prospectus, une publicitÈ ou un appel public ‡ líÈpargne de titres.

Aucune commission de valeurs mobiliËres ou autoritÈ rÈglementaire semblable nía examinÈ ce document, et quiconque donne ‡ entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugÈs exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir quíils sont complets ou ‡ jour en tout temps. Les renseignements fournis peuvent Ítre modifiÈs sans prÈavis et ni Purpose Investments Inc. ni les membres de son groupe ne seront tenus responsables des inexactitudes dans les renseignements prÈsentÈs.

Un placement dans un fonds díinvestissement peut donner lieu ‡ des commissions, ‡ des commissions de suivi, ‡ des frais de gestion et ‡ díautres frais. Veuillez lire le prospectus avant díinvestir. Si les titres sont achetÈs ou vendus sur un marchÈ boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Le taux de rendement indiquÈ est le taux de rendement total composÈ annuel historique, y compris les fluctuations de la valeur des actions ou des parts et le rÈinvestissement de toutes les distributions, et ne tient pas compte des frais díacquisition, de rachat ou de distribution ou des frais facultatifs ni de l'impÙt sur le revenu payable par un porteur de titres, lesquels rÈduiraient le rendement. Les fonds díinvestissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue frÈquemment et leur rendement passÈ peut ne pas se reproduire.

View Comments
Next Post

Le moment est venu d’acheter Crypto - Voici pourquoi

Previous Post

Vivre une première canadienne : Portefeuille de rendement sur titres de participation structurés Purpose